« Comment démarrer sa startup dans la Sillicon Valley ? »

Je vais exposer dans ma présentation les 7 réalités de Sillicon Valley. Pour démarrer dans la Silicon Valley, pas besoin d’être sur place, il suffit de la savoir bondir et de s’adapter rapidement.

  • Commençons avec la réalité numéro 1, il faut venir avec un produit. Les nouvelles technologies permettent aujourd’hui de développer en moins de 3 mois (web/mobile) un produit prêt à l’emploi. Il faut utiliser ses moyens pour “bootstrapper” son produit et arriver au “proof of concept”.
  • Puis la deuxième chose à savoir absolument: Il faut venir avec de l’argent. La vie est chère ici, très chère. Tout est cher. Il faut se mettre dans de bonnes conditions, pouvoir se consacrer à ses priorités. Il faut commencer à investir pour se faire aider intelligemment pour être en « adéquation culturelle ».
  • Vous avez un produit et de l’argent, ramener une histoire avec vous. La pire des choses est de perdre ce qui a fait l’origine de son histoire à vouloir trop s’adapter au terrain. Bien parler de son projet est plus important que de bien parler Anglais. Cultivez cette force qui a fait de vous un entrepreneur, et partagez votre histoire.
  • La réalité numéro 4 : Venir avec une entreprise locale. Pour faire du business aux US, il faut avoir créé une entreprise aux US. Pas besoin de dépenser des milliers de $ en honoraires d’avocats, gérez à l’économie. Ayez une adresse, et si vous êtes une startup, tentez l’aventure des incubateurs (YC, Angelpad, 500Startups, Techstars…)
  • La réalité numéro 5 : Venir avec le bon mentor. Trouver des clients est une phase essentielle, tout comme des investisseurs. Mais quand on en est au début, convaincre des spécialistes, des experts, des Business Angels ou des entrepreneurs passionnés est une étape importante pour commencer à constituer un advisory Board.
  • La réalité numéro 6 : Venir avec le bon accompagnateur. Vous allez trouver bon nombre de personnes qui vont vous proposer leurs services : ça fourmille de consultants en tout genre. Les meilleurs conseillers ? C’est ceux qui sont prêts à investir dans votre projet. Acceptez des introductions mais soyez sélectifs!
  • Et enfin la dernière chose à prendre en compte est de venir avec des chiffres.