Search

Learn about HR & Deep Learning

Category

International

[ Startup du Jour ] Karry

Chaque semaine, Riminder met plusieurs startups à l’honneur : vous souhaitez en faire partie? RDV ici !

Startup : Karry

Hello ! Peux-tu te présenter?

Co-founder de Karry depuis mai 2015, mon parcours académique est le suivant:
– Ecole Active Bilingue Jeanine Manuel
РPr̩pa HEC
– SKEMA Business School
– London School of Economics

Mon jeune parcours professionnel s’articule comme suit:
– J.P. Morgan / Summer Analyst / Private Banking
– 1K Paris / Boutique Hotel 52 chambres, 1 restaurant, 2 bars, General Manager
РKarry / Co-founder / Strat̩gie, commercial & marketing

Comment as-tu eu l’idée de créer cette startup ?

A LSE, Martin et moi-même étions en cours de comptabilité analytique. Venant du monde de l’hôtellerie et Martin de la sphère corporative, l’idée initiale était de déconstruire les murs à la fois tangibles et sociaux qu’il pouvait y avoir dans les hôtels à travers une plateforme pouvant permettre de savoir qui se trouve dans le même hôtel que le client au même moment. Partant du principe qu’une idée ne vaut le coup d’être développée que si elle est suffisamment scalable, nous avons élargit le segment au voyageurs en général.

Quelle solution apporte ta startup et quel est son modèle économique ?

Karry est une communauté de partage et de culture entre voyageurs.

Karry est une communauté de voyageurs dont les intérêts en communs dépassent le simple fait de voyager. L’art contemporain, les bonnes tables, la mode ou encore les soirées privées ne sont quelques exemples de contextes dans lesquels les Karryiers aiment se retrouver.

Karry permet de rencontrer des personnes qui seront au même moment que vous au même endroit qu’ils soient voyageurs ou locaux. Karry c’est aussi la possibilité de rencontrer lors de vos escales dans les aéroports des personnes y transitant aussi. Karry permet enfin aussi de rencontrer les voyageurs qui viennent dans votre propre ville.

Quels obstacles as-tu rencontré dans le développement de votre startup, et comment y avez vous fait face ?

– Recherche d’un bon développeur : Nous avons changé 2 fois de développeur avant de trouver la bonne personne et la bonne équipe. Nous avons depuis 6 mois un développeur éduqué (Harvard, Centrale Paris, Maths Sup, Maths Spé) et compétant (32 apps développées à son actif, ancien analyst J.P. Morgan M&A Londres). Très réactif, motivé et croyant énormément en le projet, notre développeur Jérôme fait partie du projet Karry depuis début 2015.

Quels sont vos besoins ? Un message à faire passer ?

Besoins de financements et d’exposition au marché français : Le projet étant par essence à projet à vocation internationale (la multilatéralité des échanges entre les touristes des différents pays étant la base de Karry), nous avons ciblé 3 marchés sur lesquels nous aimerions avoir une présence prononcée: Londres, Paris et New York.
Pour ce faire, nous avons identifié des postes de dépense en acquisition tels que: l’organisation de trois soirées de lancement dans les 3 villes, la contractualisation avec une agence RP, le tournage d’un film promotionnel, le lancement d’une campagne street marketing et le lancement d’un campagne facebook.
Ces besoins nécessitent une injection de fonds dans l’equity de Karry dont l’enveloppe se situe entre 150k et 300k euros.

Site :

https://www.facebook.com/pages/Karry/1554117181468306?ref=br_r

 

Air Liquide, Safran ou encore Bouygues… les champions de l’industrie française sont en tête du classement « Happy at Work », réalisé par meilleures-entreprises.com.

Le sujet est d’identifier les entreprises où les salariés sont le plus heureux de travailler et les jeunes diplômés de débuter leur vie professionnelle, est qu’il apporte une vision beaucoup moins binaire et caricaturale du monde du travail. Plus de 4.000 organisations ou entreprises et près de 40.000 collaborateurs ont accepté de répondre aux questions de l’équipe de meilleures-entreprises.com.
LES ENTREPRISES DE PLUS DE 5.000 SALARIÉS :

1 РSNECMA / SAFRAN РA̩ronautique | Astronautique | D̩fense | S̩curit̩
AIR LIQUIDE – Production de gaz pour l’industrie
2 – LEROY MERLIN – Grande distribution
3 - NESTLÉ – Agroalimentaire
PHILIPS – Electronique
EIFFAGE РB̢timent et travaux publics
4 – GROUPE LACTALIS – Agroalimentaire
5 – DANONE – Agroalimentaire
BOUYGUES CONSTRUCTION РB̢timent et travaux publics
COMMISSARIAT À L’ÉNERGIE ATOMIQUE CEA – Recherche scientifique
6 - DECATHLON – Distribution d’articles de sport

 

LES ENTREPRISES DE 250 À 5.000 SALARIÉS

1 – BLABLACAR – Covoiturage
2 – GOOGLE – Internet
3 – DEEZER – Musique à la demande
4 – EXTIA – Conseil en ingénierie
5 – PARROT – Produits Bluetooth
6 – AMADEUS – Systèmes de réservation | Voyage

31 Ways To Be Creative

The Formula Startups Use to Make Billions #Infographic

How Einstein Started

How Bill Gates Started – The Life of Microsoft’s Founder by @annavital

Le Canada est l’une des destinations privilégiées des Français pour étudier.  L’étudiant a recensé toutes les bonnes raisons d’y succomber, alors voyons si vous allez craquer aussi 😉

1.   Les étudiants peuvent s’exprimer

Au Canada, l’approche éducative est bien différente que celle en France. En effet, on est habitué à ce que chacun travaille pour soi, on a beaucoup de présentations orales individuellement. Alors que, au Canada, on est plus sur l’interactivité et les débats en cours. Très peu de cours magistraux, ce qui prime, c’est donner son point de vue et argumenter ensemble. C’est pour cette raison que les ateliers par groupe et les travaux pratiques sont majoritaires.

2.   Les professeurs sont proches de leurs élèves

“Il ne s’agit pas de casser les élèves mais de les faire réussir” nous confie Anne-Sophie, qui a suivi tout son cursus de nutritionniste à l’université de Laval, au Québec. D’ailleurs là-bas, on peut discuter de nos notes pour demander des explications, il est possible d’argumenter et souvent les notes sont changées. Les professeurs ne sont pas mis sur un piédestal et reste accessibles aux étudiants. C’est avant tout un expert qui dispense un savoir-faire et savoir-être et apporte ses connaissances à ses élèves. Donc si ils ont des difficultés, les professeurs sont généralement compréhensifs et répondent rapidement par mail.

3.   Les étudiants sont encouragés

Tout est fait pour que les étudiants se sentent à l’aise, par exemple “on affiche les notes avec le numéro de matricule et non avec le nom des candidats” remarque Anne-Sophie. De plus, les examens finaux ne sont pas très prisés, on opte plus pour le contrôle continu. Ce qui n’est pas plus mal car c’est moins stressant et il n’y pas de “jour J” que l’on craigne.

4.   Pour améliorer son niveau d’anglais

Pour améliorer son anglais, rien de mieux que de suivre dans un pays bilingue. En effet, dans un pays qui reconnaît l’anglais et le français comme langues officielles, on se sent moins perdu que aux Etats-Unis par exemple, où la maîtrise de l’anglais est quasiment indispensable. De ce fait, un étudiant français peut garder ses repères, le personnel est apte à lui répondre en français si besoin et il y aura toujours des francophones autour. Et, à ne pas négliger, à 19 ans nous sommes majeurs au Canada, contrairement aux U.S.A où il faut avoir 21 ans.

5.   Le coût reste avantageux

Selon Virginie, installée à Montréal depuis 2010, les loyers peu élevés sont un atout. ” Les offres sont nombreuses, avec des loyers raisonnables. La colocation est courante, on peut se permettre de vivre à plusieurs dans des appartements dont on ne pourrait même pas rêver en France”. Et côté vie quotidienne, il suffit de suivre des bons plans et on ne se ruine pas.

 

 

 

 

 

L’Afrique serait le futur eldorado avec sa récente entrée dans la mondialisation. C’est ce qui a permis l’émergence d’une classe moyenne dans plusieurs pays africains.

Plusieurs secteurs d’activités se développent tels que, les télécoms, les produits de grandes consommation, l’agroalimentaire, la banque, la distribution … . On peut dire que ce développement est dû à l’apparition d’une nouvelle classe sociale en Afrique et bien sur ce développement demande de la main-Å“uvre et des techniciens qualifiés. Ainsi, c’est comme cela que l’emploi en Afrique est prometteur.

Les industries extractives ont un besoin croissant d’ingénieurs ou chefs hautement qualifiés. En effet, cette demande est croissante en Afrique Subsaharienne ou centrale car, il y a beaucoup de projets miniers qui ont commencés et qui ont besoin de main-Å“uvre. Mais également l’Afrique Australe, qui représente une zone d’avenir depuis les récentes découvertes de gaz.

L’industrie agroalimentaire recherche également des candidats dans le domaine de la vente et du marketing. Le secteur des services n’est pas en reste non plus avec un rapide développement dans la finance, l’assurance, les ressources humaines au Maroc et en Tunisie.

 

 

 

” Se sentir bien dans son environnement de travail est important, et les sociétés l’ont compris. Alors, pas question de négliger les locaux. Entre les toboggans et les hamacs, les grandes entreprises réussissent à motiver leurs équipes. Voyons comment on travail chez Google ou encore Skype ”

Voici un petit aperçu  du décor “professionnel” de ces géants :

Google à Budapest (Hongrie)

google-budapest-office-1

Ekimetrics à Paris (France)

10-cubecube03

Lego à Billund (Danemark)

Homeaway au Texas (Etats-Unis)

Skype à Stockholm (Suède)

 

Up ↑