Search

Learn about HR & Deep Learning

Category

Future of Work

Des métiers pas forcément connus mais qu’on entendra beaucoup parler dans quelques années.  Vous êtes en première ligne, grâce à cet article vous saurez sur lesquels miser 😉

   Digital brand manager

Le digital brand manager élabore des stratégies « e-influence et e-réputation », suit  leurs exécutions et analyse leurs impacts. Il est responsable de la stratégie médias sociaux (conception
de dispositifs innovants et créatifs par exemple).

Il pilote les projets web en coordination avec les équipes techniques informatiques (applications) et les prestataires externes (rédacteurs, bloggeurs, graphistes…). Il cumule souvent la fonction community manager.

Salaire : Environ 4 500€ brut.

 Ingénieur écoconception

L’ingénieur éco-conception évalue les impacts environnementaux d’un produit ou d’un procédé sur l’ensemble de son cycle de vie. Il participe aux choix technologiques des composants et des matériaux afin de favoriser la maintenance et le recyclage du produit. Ses principales missions portent sur la recherche de solutions techniques et sur leur développement industriel.

Salaire : Débutant – 2 800€ brut.

Consultant en risques psychosociaux

Le consultant en risques professionnels a pour mission d’évaluer les différents risques professionnels potentiels d’une entreprise puis de proposer et mettre en place la prévention nécessaire.

Salaire : Débutant – 3 000€ brut.

Ecotoxicologue

L’écotoxicologue recherche la présence de produits chimiques et de toxines et analyse la façon dont ils se dispersent dans l’environnement.

Salaire : Débutant – 2 500€ brut.

Mais aussi …

РCharg̩ de conformit̩

РContr̫leur de gestion sociale

– Data scientist

РIng̩nieur sites et sols pollu̩s

– Chimiste vert

– Consultant – expert bilan carbone

 

Les 20 meilleurs métiers en 2014 : les notes critère par critère

(notes : 1 = excellent, 200 = mauvais)

Rg Métier Cadre de travail Stress Perspective d’emploi Salaire (en $)
Source : Careercast
1 Mathématicien 2 24 19 101 360
2 Professeur d’université 1 4 47 69 970
3 Statisticien 8 54 12 75 560
4 Actuaire 10 54 8 93 680
5 Audiologiste 31 1 8 69 720
6 Hygiénisite dentaire 51 11 6 70 210
7 Ingénieur logiciel 56 18 24 93 350
8 Ingénieur système 13 58 18 79 680
9 Ergothérapeute 45 28 11 75 400
10 Orthophoniste 36 17 35 69 870
11 Diététicien 17 7 30 55 240
12 Ingénieur biomédical 53 61 13 86 960
13 Responsable RH 31 44 78 99 720
14 Optomètre 69 70 14 97 820
15 Physiothérapeute 7 20 102 79 860
16 Planificateur financier 105 35 5 67 520
17 Laborantin d’analyses médicales 74 5 25 47 820
18 Economiste 36 65 63 91 860
19 Admnistrateur système 50 81 10 72 560
20 Ingénieur pétrolier 94 86 14 130 280

Le financement reste la première difficulté que rencontre les autoentrepreneurs. Il n’est pas facile de trouver des investisseurs et surtout de les convaincre à investir dans votre startup.

C’est pourquoi, une pratique est de plus en plus courante chez les entrepreneurs : l’autofinancement appelé aussi Bootstrapping.

Cette pratique désigne le fait pour une entreprise de financer son activité et notamment ses investissements, à partir de ses capitaux propres existants, de sa propre rentabilité (capacité d’autofinancement, réserves, plus value), de son épargne.

Cependant, étant jeune entrepreneur souvent les fonds vous manques.

C’est pourquoi, en bootstrappant, vous vous placez dans une logique de faire le maximum avec le minimum. Nous allons vous donner quelques méthodes pour faire beaucoup avec peu de moyen mais il reste nécessaire de générer un minimum de chiffre d’affaire dans n’importe quelle activité que vous pratiquez.

Aller vers une activité secondaire

Beaucoup d’entrepreneurs utilisent une activité secondaire pour financer leur activité première.

Attention à ne pas TROP vous investir dans cette deuxième activité, n’oubliez jamais vos objectifs principaux : votre business et son développement.

De plus, les entrepreneurs bénéficient d’aides à ne pas négliger. En effet, pour les aider à lancer / développer leur business, il est possible de recevoir des subventions et avances remboursables. Un apport non négligeable !

La communication :  domaine à ne pas négliger !

La communication reste un point décisif pour développer votre Startup. Il est indispensable d’y investir pour augmenter sa visibilité et sa notoriété. Sans communication, peu de chance de trouver ses clients et ses premiers investisseurs.

Double utilité : réussir son bootstraping vous permettra de vous lancer par la suite mais aussi de prouver votre persévérance et votre courage, autant de qualités qui rassurent les investisseurs.

 

 

The Life of a Startup

31 Ways To Be Creative

Selon le baromètre Idinvest d’Avril 2015, la moitié des 18-24 ans auraient envi d’entreprendre, 13% d’entre eux disent même avoir un projet déjà concret. Un phénomène qui ne cesse de croître … Aujourd’hui les français sont de plus en plus attirés par l’entreprenariat.

Pourquoi cette soudaine envie ?

Parce que les jeunes peinent à décrocher des jobs dans l’économie traditionnelle ?

Parce que l’entreprenariat paraît à la portée de tous ?

Parce qu’ils sont séduits par des “success story” tels que Xavier Niel (Free), Frédéric Mazella (Blablacar) ou Jaques-Antoine Granjon (ventes-privee.com) ?

Mais, une chose est sur, c’est que la conjonction astrale n’a jamais été plus favorable à la création d’entreprise.

La France un véritable paradis pour créer sa Startup

On peut voir de plus en plus d’incubateurs-maisons et presque toutes les écoles de commerce ou d’ingénieurs ont montées des formations à l’entreprenariat. Les pépinières, accélérateurs, espaces de coworking poussent comme des champignons dans nos villes et incitent à l’entreprenariat.

De plus, de nombreux évènements sont organisés chaque année, à l’honneur des startups et leurs entrepreneurs, nous les avions énumérés pour vous ici : http://bit.ly/1KWU413

Pour ajouter, le gouvernement nous aide en multipliant les subventions et dispositifs d’aide aux entreprises tricolores innovantes.

Résultat ?

Les grands groupes français comme Orange, Total ou encore Carrefour rentrent en scène. Angoissés à l’idée de se faire prendre la vedette, il multiplient les initiatives de veille et de financement de l’innovation. Comme Total qui a “juste” investi quelques 150 millions d’euros depuis 2008, pour un portefeuille internationale d’une vingtaine de start-up susceptibles d’améliorer son cÅ“ur de métier.

Toutes cette agitation vaut à la France la 1ère place du “Techno Fast 500” du cabinet Deloitte, classement international des jeunes pousses technologiques à plus forte croissance.

Alors oseriez-vous entreprendre ? 😉

Think You're Too Old to Be An Entrepreneur? Think Again. (#Infographic)

Why Everyone Will Have to Become an Entrepreneur

The Next Billion – Women Entrepreneurs

Up ↑